BLOGUE

Drôles de bibittes!

À travers toutes les espèces qui vivent en captivité dans l’espace Vivarium du Musée du Fjord, qu’elles soient indigènes ou exotiques, la plupart présente des caractéristiques plus ou moins spectaculaires. En voici quelques exemples :

grenouille verte - Musée du Fjordrainette yeux rouges - Musée du Fjord

Donne la patte!

L’élément physique qui distingue les rainettes de leur cousines les grenouilles sont les disques adhésifs disposés aux extrémités de leurs doigts. Ceux-ci leur permettent de grimper aux arbres et d’adhérer à des surfaces lisses, comme les parois de leur vivarium!

 

Mythe ou réalité! 

Les crapauds donnent des verrues quand on les touche?

crapaud - Vivarium du Musée du Fjord

Les verrues des crapauds sont en vérité des glandes à venin. Il n’y a donc aucun risque d’attraper des verrues en les manipulant. Toutefois, ces pustules n’en sont pas moins toxiques. Elles peuvent causer la mort d’un petit mammifère, lorsqu’elles sont mordues, ou causer de graves désagréments aux plus grosses bêtes (Desroches et Rodrigue, 2004). C’est pour se prémunir contre ces désagréments qu’il est recommandé de se laver les mains après la manipulation d’un crapaud… et non pour s’éviter l’apparition de verrues.

Mourir de froid, mais non!

Grenouille des bois - Musée du Fjord

Les grenouilles des bois et les rainettes pratiquent la cryogénisation durant l’hiver grâce à des substances cryoprotectrices. Dans le cas des rainettes, jusqu’à 60 % de leurs liquides corporels peuvent geler, alors que la grenouille des bois remplace l’eau de ses cellules par du sucre, qui agit comme antigel.

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This
X