BLOGUE

Chronique sur Port-Alfred : « Présence étrangère »

Présence étrangère

Depuis le début, cette ville de compagnie prendra des teintes anglaises. On n’a qu’à penser au plan de la ville, à son église gothique et au nom de sa paroisse, au moulin, le surintendant est anglophone, et les directives sont données uniquement en anglais.

Au fil des ans et des phases de modernisation de l’usine, les choses changent et les ouvriers spécialisés viennent de partout : de la Mauricie, des Cantons-de-l’Est et de l’étranger. On se retrouve maintenant avec 1 000 employés au moulin et une mosaïque sociale qui change peu à peu. Port-Alfred accueille ainsi les Rasmussen, les Hogan, les McKee, les Sweeney, les Lebrock, les Balko, les Salicis, les Slater, les Solomon, les Sulatyski…

En 2017, certains noms étrangers enjolivent toujours notre paysage local. Ces hommes de passage ont rencontré l’amour dans les bras de belles Saguenéennes, alors pourquoi partir?

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This
X