BLOGUE

Faits divers « Comme un poisson dans l’eau »

Tirant à sa fin, l’exposition temporaire Comme un poisson dans l’eau quittera le Musée du Fjord le 7 janvier prochain. Elle entreprendra sa tournée par le Musée minéralogique et minier de Thetford Mines, du 19 janvier au 16 juin prochains, au Centre de la biodiversité de Bécancour à l’automne 2019, puis au Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke en janvier 2020.

Si vous l’avez visitée vous saurez certainement répondre à ces questions :

Le saviez-vous?

  • Les agnathes ne possèdent pas de mâchoire ni de nageoires paires. Aujourd’hui, il reste deux groupes de ces poissons ancestraux : les lamproies et les myxines.

 

  • Les combinaisons des nageurs professionnels sont inspirées de la peau des requins. La disposition des écailles favorise l’écoulement de l’eau ou de l’air, diminuant ainsi la traînée. Elles ont contribué à fracasser les records de vitesse en natation. Il existe maintenant des règles très strictes quant au port de ces combinaisons ultraperformantes dans les compétitions internationales.

 

  • Lesquels sont en conserve : sardines ou harengs?Bien alignées dans leur boîte, les sardines n’en sont pas toujours… En France, en Espagne et au Portugal, on consomme habituellement de jeunes sardines européennes (sardina pilchardus), tandis qu’au Canada, ce sont de jeunes harengs (clupea harengus).

 

 

 

  • La vue : certains poissons vivant en permanence dans les profondeurs, au sein de milieux sans lumière, n’ont pas d’yeux fonctionnels.

 

  • Le cerveau : le cerveau des poissons est en général 15 fois plus petit que celui d’un oiseau ou d’un mammifère de même taille. Les requins ont un cerveau relativement plus gros que les poissons osseux. Les poissons ne seraient pas aussi bêtes qu’on veut bien le croire. Ils auraient de nombreuses capacités cognitives complexes et une certaine mémoire à long terme.  

 

  • Tiktaalik est le fossile d’un « poisson à nageoires charnues » qui démontre de façon convaincante l’évolution vers les animaux terrestres. La transformation des nageoires en membres robustes, permettant la locomotion sur terre, s’est faite de façon graduelle. Il est clair que nos appendices sont des cousins éloignés des nageoires des poissons.

 

  • Flash lumineux : la bioluminescence est un autre moyen de se camoufler. Les poissons sont les seuls vertébrés capables de produire de la lumière. La hache d’argent possède une série de photophores sur son ventre. Ces cellules lumineuses adaptent leur intensité selon la lumière qui provient de la surface. La silhouette de ce poisson devient complètement déformée pour un prédateur qui chasse dans son entourage. 

 

  • Respire par le nez! Les poissons ne respirent pas par le nez, mais plutôt par la bouche et les branchies. L’eau circule en permanence dans le nez du poisson. Contrairement à celles des humains, leurs narines ne communiquent pas avec la bouche et elles sont entièrement dédiées à l’odorat. Les requins respirent en ouvrant la bouche. Ils font pénétrer l’eau vers les branchies qui ressort par leurs fentes branchiales. Les raies, qui reposent sur le fond, utilisent aussi le spiracle, une ouverture sur le dessus de la tête qui permet l’entrée d’eau vers les branchies. 

Avez-vous des questions comiques, étranges ou farfelues concernant les poissons? 

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This
X